Romans : Table ronde 1

Cette première table ronde s’est déroulée le samedi après-midi, entre 16h00 et 18h00.

Table ronde sur la question du rapport entre nos projets et les « institutions » (question qui demande des connaissances juridiques, des expériences et des pratiques, une prise de conscience des enjeux…) : en présence de Corinne Morel Darleux (conseillère régionale), de Marie Fare (doctorante en Sciences Economiques à l’Université Lumière Lyon 2 – Triangle) et de Jérôme Blanc (Maître de conférence en sciences économiques à l’Université Lumière Lyon 2 – Triangle).

1. Courte introduction de Michel Lepesant pour dégager 3 axes possibles de réflexion :

  1. La démarche ascendante (bottom-up) de nos projets de MLC nous place en position critique (« instituante ») vis-à-vis des institutions.
  2. Mais même un projet « instituant », dès qu’il se pérennise, ne peut échapper à son « institutionalisation » : comment reconnaître une telle transformation sans lâcher sur les motivations premières des fondations ?
  3. Dans nos rapports aux institutions, comment éviter le piège de la « complémentarité » ? Entre les institutions et les projets citoyens, n’est-il pas judicieux de rappeler que toute la légitimité et tous les moyens financiers des institutions proviennent d’abord des citoyens eux-mêmes ? Et que le soutien d’une institution territoriale à un projet citoyen n’est pas une « faveur » (accordée d’en haut) mais un légitime retour.

2. Rapport aux pouvoirs publics (Marie Fare et Jérôme Blanc)

Une version complète se trouve ici : http://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00516382/fr/

3. Corinne Morel Darleux, conseillère régionale Rhône-Alpes, Utopia et Parti de Gauche.

1e fois que « monnaie locale » a été entendu à la Région Rhône-Alpes : 2007 (délibération sur SOL je suppose). Très loin de 1994, apparition de SEL en France !

Donc le rôle des élus c’est aussi de pousser les institutions à évoluer par rapport à ces thématiques.

Forme de conservatrice intra-institutions : lié à l’évaluation des politiques publiques, basée sur le système actuel et non des transformations.

Les objectifs poursuivis, en général, ne sont pas les mêmes. Doit permettre d’éviter des malentendus entre les projets et les institutions.

Souligne intérêt du processus (outre l’objectif) démocratique de réappropriation, etc. Processus qui précisément peut inquiéter les institutions.

En Région Rhône-Alpes : Cyril Kretzschmar élu à la nouvelle délégation économie sociale et solidaire. Pas grand chose de fait, depuis, sur les monnaies. Plutôt dans la ligne majoritaire du SOL.

Une feuille de route doit être présentée d’ici mars 2012 sur les monnaies locales, avec 3 voies d’action :

  • Aide directe aux porteurs de projet (enveloppe de financement) : 5 à 10 000 euros par projet
  • Centre de ressources sur ces questions (la CRESS ne le faisant pas)
  • Travail sur Ingénierie financière et montage garantie bancaire : garantie solidaire pour emprunts bancaires.

Budget total économie sociale et solidaire région Rhône-Alpes : 8 M €

CK était au lancement de la Mesure.

(Merci à Jérôme Blanc pour ses notes, fort utiles pour ce CR)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

74 − 69 =