vovonce

La Voconce

D’autres projets en Rhône-Alpes ?

 

Projet de cantons du diois (projet arrêté)

  • Nom de la monnaie : voconce
  • Bassin de vie : cantons du diois
  • Département : drome (26)
  • Début du projet : fevrier 2016
  • Mise en circulation : 2016
  • Moyen d’échange (obligatoire) : electronique
  • Evaluation : oui
  • Fonte: non
  • Association porteuse : la dioise
  • But du projet : relocalisation de l’économie
  • Mécanisme de recouvrement des coûts : commissions
  • Site : en cours
  • Contact : ben el houssine
  • Relais : ben el houssine
  • Mail du relais : ladioise@free.fr

D’autres informations :
Projet de développement de la monnaie locale complémentaire « la voconce »
dans le canton du Diois

Cette année, un appel lancé en février par un groupe de citoyens via « les p’tites annonces du Diois » de Jean-Claude Mengoni a permis de constituer l’association la Dioise, à laquelle devraient s’ajouter d’autres personnes ayant amorcé une réflexion dans le même sens lors de la journée « Faisons-le et ça se fera » initiée par l’ESCDD et l’Accorderie fin mars. Depuis, un gros travail de défrichage a été mis en œuvre (récolte d’informations, échanges avec des responsables de projets déjà opérationnels à Montreuil, Grenoble, Valence, au Pays basque, Nantes, en Corse…).

L’objectif est de créer une monnaie locale complémentaire qui pourrait peut-être s’étendre aux 64 communes du canton du Diois avec une population d’environ 13 000 habitants qui double ou triple l’été.

Quelques antécédents…
Dans le Diois, plusieurs initiatives autour des questions monétaires et du développement local ont déjà été menées, le plus souvent avec des buts ou une forme différente :
– monnaie de fidélisation des commerçants de Die, le Dizz ;
– projet de carte solidaire « Biovallée-agir ensemble » porté par l’Ecole de la nature et des savoirs ;
– réflexion en 2011, directement liée à un projet de monnaie locale, du collectif « Diois en transition ». Et sans doute encore bien d’autres initiatives.

Pourquoi utiliser une monnaie locale ?
Pour relocaliser l’économie et financer les projets locaux.
La commission prise habituellement par les banques lors de chaque achat sera effectuée automatiquement au profit de l’association pour assurer les frais de fonctionnement et surtout financer des projets locaux sous forme de prêts sans intérêts.
Avantages pour les utilisateurs : participer au développement de l’économie locale ;
Et pour les prestataires : favoriser le développement d’une économie locale ;avoir une nouvelle clientèle et la fidéliser.

Comment ça marche ?
Une communauté de citoyens décident de lancer avec un réseau de partenaires (commerçants, artisans, entreprises, associations, particuliers, collectivités) une monnaie locale complémentaire sur un territoire défini et selon des objectifs définis par une charte. Cette monnaie est acceptée comme moyen de paiement dans le réseau des prestataires. Il suffit de convertir des euros (1 pour 1) auprès d’un terminal qui permettra, quelle que soit sa banque, d’alimenter sa carte d’adhérent et de paiement en monnaie électronique. L’opération inverse sera réalisable à partir du même terminal.

L’association est en lien avec l’association Delmo à Valence, « Bouge ta Corse » à Bastia et « la Pêche » de Montreuil (d’autres sont à venir) pour mettre en commun un modèle économique où tous les participants seront gagnants et un outil de gestion électronique des monnaies locales, à savoir terminaux de rechargement qui permettront d’approvisionner une carte de paiement en monnaie locale à partir de son compte courant quelle que soit sa banque, et plus tard éventuellement application pour smartphone.

On nous a fait observer que la version papier identifierait mieux le territoire que la monnaie électronique, mais ce choix implique une gestion quotidienne que peu de personnes sont prêtes à assumer. Et surtout ce mode ne permet de financer ni l’association ni les projets locaux. Passer directement à une monnaie locale électronique nous évitera d’essouffler les bénévoles. Son avantage est de permettre une gestion automatique des transactions et un financement pérenne de l’association grâce à une commission de 0.2 % à 0.4% sur tous les paiements effectués par carte électronique.

Comment seront choisis les projets financés ?
Un outil de décision sera mis au point lors de prochaines réunions, par exemple selon des conventions citoyennes dont les membres seraient renouvelables, selon les propositions de Jacques Testart décrites dans son livre L’Humanitude au pouvoir. Comment les citoyens peuvent décider du bien commun, Editions du Seuil, 2015.

Quelles perspectives ?
Mutualiser au niveau national un outil de financement automatique des projets locaux grâce à un kit de gestion électronique des monnaies locales.
Une fois cet outil de gestion électronique mis au point, l’association sera à la recherche de personnes qui rencontreront les prestataires du canton en vue d’une adhésion au projet. Les personnes intéressées pourront écrire à l’association la Dioise, domiciliée à l’ESCDD, place de l’Evêché à Die ou par courriel à ladioise@free.fr

2 commentaires sur “La Voconce”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *